Auguste Descarries (1896-1958)

Élève à Montréal d’Arthur Letondal, Alfred Laliberté et Jean Dansereau pour le piano et de Rodolphe Mathieu pour l’harmonie, Auguste Descarries succéda à Alexis Contant aux orgues de l’église Saint-Jean-Baptiste.

 

Prix d’Europe pour le piano en 1921, il séjourna à Paris pendant huit ans. Titulaire en 1923 d’une bourse spéciale de l’Académie de Musique du Québec pour la composition, il suivit les cours d’interprétation d’Alfred Cortot et de Marcel Dupré à l’École normale de musique de Paris et travailla l’écriture avec Alice Pelliot. De plus, il étudia le piano avec Léon Conus, la composition avec Georges Catoire et le violon avec Jules Conus. Il profita également de ses contacts avec Glazounov et Nicolas Medtner. Avec ce dernier, il se consacra particulièrement à l’étude du rythme. Il rentra à Montréal en 1929. Gaston Allaire, André Asselin et Jean Deslauriers comptent parmi ses élèves. Il enseigna aussi l’histoire de la musique à la faculté de musique de l’Université de Montréal, dont il devint vice-doyen en 1951.

 

Comme compositeur, Descarries s’est surtout fait connaître par sa Rhapsodie canadienne pour piano et orchestre, qui fut créée en 1936 par l’orchestre des Concerts symphoniques de Montréal sous la direction de Wilfrid Pelletier. Il est aussi l’auteur d’une Petite symphonie, d’un octuor à cordes, de nombreuses œuvres pour piano, d’un Magnificat, de messes et de mélodies. Pianiste et organiste, Descarries était aussi un improvisateur de grand talent et un professeur émérite. Classiques par la forme et romantiques par l’expression, ses œuvres dénotent un métier solide, une inspiration souvent authentique et une harmonisation recherchée.

  

Guy Gallo

Adapté de l’article paru dans l’Encyclopédie de la musique au Canada

 

 

__________________________________________________

 

 
Auguste Descarries studied piano with Arthur Letondal, Alfred La Liberté and Jean Dansereau and harmony with Rodolphe Mathieu in Montreal, and at 11 began playing the organ in the Gesù Church. After studying law, he decided on a musical career and succeeded Alexis Contant  as organist of St-Jean-Baptiste Church.

In 1921 Descarries won the Prix d’Europe for piano and departed for Paris, where he was to remain for the ensuing eight years. In 1923, assisted by a special scholarship in composition from the Académie de Musique du Québec, he attended the interpretation classes of Alfred Cortot and Marcel Dupré at the École normale and studied harmony and counterpoint with Alice Pelliot, piano with Léon Conus, composition with Georges Catoire, and violin with Jules Conus. He became known as a gifted improviser. In his development as a composer he benefited from contacts with Glazunov and Nicholas Medtner. With the latter he concentrated particularly on the study of rhythm. After giving a series of six well-received Paris recitals, Descarries returned to Montreal at the end of 1929.

Descarries gained recognition as a composer with his Rhapsodie canadienne for piano and orchestra, premiered in 1936 by Helmut Baerwald and the orchestra of the Concerts symphoniques de Montréal. He also wrote numerous works for piano including a Toccata (BMI Canada) and a Sonata, a Magnificat (BMI Canada), masses and some art songs. His works display Classical formal features and Romantic style, and are characterized by sound craftmanship, often genuine inspiration, and sophisticated harmonic sense.

Guy Gallo

The Encyclopedia of Music in Canada

 

1932
1932