Qui est Auguste Descarries ?

Né à Lachine (près de Montréal) le 26 novembre 1896 et décédé le 4 mars 1958 à Montréal, Auguste Descarries est un organistepianistecompositeur et professeur canadien.


Le nom de ce musicien québécois mérite largement d’être intégré à l’histoire musicale du Québec pour ses œuvres et pour son engagement dans le milieu culturel de son temps. En tant que pianiste, il s’inscrit dans le courant de l’école allemande représentée par les deux grands pédagogues du xixe siècle, Franz Liszt et Teodor Leszetycki. Comme compositeur, il est l’héritier de la tradition beethovénienne défendue par de nombreux compositeurs russes issus des conservatoires impériaux de Saint-Pétersbourg et de Moscou, dont Léon et Jules Conus, Georges Catoire, Alexandre Glazounov et Nikolaï Medtner.

Biographie

Auguste Descarries est né dans une famille aisée et instruite. Son père, Joseph-Adélard Descarries, est avocat, député conservateur (provincial et fédéral) et maire de Lachine. Sa mère, Célina-Elmire Lepailleur, a étudié avec Victoria Cartier, pédagogue, pianiste et organiste (notamment à l’église Saint-Viateur d'Outremont). En 1921, Auguste Descarries épouse Marcelle Létourneau. De cette union naîtront trois enfants : Michel, Laurent et Francine.

Études

Auguste Descarries est l’un des rares musiciens québécois à avoir fait des études classiques à l'époque, d’abord au collège Saint-Laurent, puis au collège Sainte-Marie. Il entreprend un cours de droit à l’Université de Montréal tout en poursuivant ses études musicales en piano, en orgue et en composition avec les maîtres du temps, dont Hector (Jean) Dansereau, Arthur LetondalRodolphe Mathieu et Alfred Laliberté, son mentor principal, qui fut l’élève de Paul Lutzenko, assistant de Teodor Leszetycki. Descarries a également pu découvrir les œuvres de ces derniers grâce aux six concerts dirigés à Montréal entre 1915 et 1919 par Modeste Altschuler.

En 1921, il obtient le Prix d’Europe. À son arrivée à Paris, il s'inscrit d'abord à l'École normale de musique. Le directeur de la section piano de l’ÉNMP, Isidore Philipp, dirige le jeune candidat québécois vers le pianiste russe Léon Conus, élève de Paul Pabst, qui lui-même avait étudié avec Liszt. Conus n’enseigne que quelques mois à l’ÉNMP, puis en 1923, il participe à la fondation du Conservatoire russe de Paris. Après avoir suivi des cours d’orgue avec Marcel Dupré, de piano avec Alfred Cortot et d’écriture avec Georges Dandelot et Laurent Cellier, Descarries quitte donc l’École normale pour prendre des leçons particulières auprès du pianiste Conus et, durant six mois, avec le compositeur russe d’origine française Georges Catoire qui séjourne à Paris de janvier à juin 1923. La même année, Descarries est bénéficiaire d'une bourse de l'Académie de musique du Québec qui lui permettra de poursuivre sa formation en composition et en écriture, notamment en contrepoint et fugue avec Alice Pelliot. Au cours de cette période, il rencontre plusieurs autres musiciens russes dont les frères de Léon Conus, Jules, violoniste, et Georges, théoricien, ainsi que Sergueï RachmaninovNikolaï MedtnerAlexandre Glazounov et le pianiste et chef d’orchestre Alexandre Ziloti, autre élève de Liszt.

Selon la musicologue Marie-Thérèse Lefebvre, « Tous ces musiciens que fréquente Descarries sont de la même génération et partagent la même vision de l'art musical, influencée par la beauté de la musique religieuse orthodoxe, et très éloignée de l'orientation moderne que représentent alors Igor Stravinsky et Serge Prokofiev ». Vers la fin de son séjour parisien, soit le 27 février 1929, Auguste Descarries offre son premier récital public à la salle du Conservatoire, lequel sera suivi de six autres concerts. Il revient à Montréal le 16 décembre suivant.

Carrière

Au moment de son installation à Montréal au début de 1930, Descarries rencontre plusieurs embûches. D’une part, l’arrivée du cinéma parlant et la crise économique provoquée par le krach d’octobre 1929 touchent de plein fouet le milieu musical et, en particulier, le Conservatoire national de musique qui tente de revivre sous la direction d’Eugène Lapierre et auquel se joint Descarries à titre de professeur de piano.

C’est donc dans un milieu relativement difficile que Descarries amorce sa carrière de pianiste en offrant, en 1930, une série de 23 récitals, dont le premier a lieu le 20 janvier à l’Hôtel Windsor. Il amorce, le 8 mars 1931, une seconde tournée avec un récital au His Majesty’s. Par la suite, il s’oriente vers le répertoire de musique de chambre et fonde la Société de musique Euterpe qui présentera une série de concerts radiophoniques de 1933 à 1935.

Comme pédagogue, il enseigne au Conservatoire national de musique (CNM) durant deux ans, puis chez les Sœurs de Sainte-Anne à Lachine et chez les Sœurs de la Présentation-de-Marie à Saint-Hyacinthe, parallèlement aux cours particuliers qu’il donne à son propre studio. Professeur attentif aux besoins de ses élèves, il fonde en 1945 L’Entraide de l’École Auguste Descarries afin de les encourager à se produire régulièrement en public. Après avoir vainement tenté d’obtenir le poste de Léo-Pol Morin (décédé accidentellement en mai 1941) à l’École supérieure de musique d’Outremont, il devient professeur au nouveau Conservatoire de musique du Québec en 1943.Au nombre de ses élèves, mentionnons Gaston Allaire, Lise Deschamps, Jean Deslauriers, Ève Gagnier, Fernand Graton, Samuel Levitan, Marcelle Martin et Gilles Potvin.

Durant ces mêmes années, il est conférencier et chroniqueur à La Quinzaine musicale (journal du CNM), La Lyre, La Revue moderne et Opinions, et il signe onze articles dans La Province en 1937. Sa carrière prend un tournant en 1938 : il interprète son concerto pour piano et orchestre intitulé Rhapsodie canadienne avec la Société des concerts symphoniques de Montréal et, après avoir occupé durant quelque temps le poste d'organiste à l’église Saint-Germain, il est nommé maître de chapelle à l’église Saint-Viateur d’Outremont. Au fil de ses 20 années de service à la tribune, malgré la présence d’organistes attitrés, il ne se privera pas d’offrir à l’occasion, à la sortie des offices religieux, des improvisations qui suscitent l’admiration. 

Non seulement composera-t-il de nombreuses œuvres religieuses, mais il sera également sollicité pour plusieurs postes administratifs. Il participe notamment aux jurys des Prix d’Europe et au comité, formé par le Secrétaire de la province Albiny Paquette, chargé d’étudier l’état de l’enseignement de la musique au Québec. De 1938 à 1941, il est vice-président de la Commission diocésaine de musique sacrée et président de l’Académie de musique du Québec. À la fondation de la Faculté de musique de l’Université de Montréal en 1950, il est nommé vice-doyen. Quelques années plus tard, le 8 mars 1956, Descarries offre un récital d’adieu à l'Auditorium du Plateau dans un programme comprenant des œuvres de BachChopinDebussyFranckMedtner et Rachmaninov ainsi que deux de ses compositions, Aubade et Sarcasme.

Descarries décède à Montréal le 4 mars 1958 des suites d’une insuffisance cardiaque dont il souffrait depuis plusieurs années.

Cette biographie est une adaptation de l’article Wikipédia, lequel a été élaboré par l’Association pour la diffusion de la musique d'Auguste Descarries (ADMAD) et autres collaborateurs :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Auguste_Descarries