Jean-Frédéric Hénault-Rondeau.jpg
2021
Jean-Frédéric Hénault-Rondeau, gestionnaire

Pianiste autodidacte, Jean-Frédéric Hénault-Rondeau pratique la composition, l'interprétation et l'improvisation musicale depuis l'âge de 12 ans. Collectionneur de partitions rares et d'enregistrements qui sont passés sous le radar, il est passionné par les compositeurs juifs, ainsi que les compositeurs soviétiques de la première moitié du 20e siècle, surtout ceux dont on a voulu taire le nom. Mélomane curieux, toujours à l'affût de découvertes, il éprouve une affection toute particulière pour la musique électronique contemporaine issue des scènes underground slaves, avec un penchant marqué pour la Pologne, la Russie et la Tchéquie, endroit où il a vécu un an de sa vie, entre 2016 et 2017.

M. Hénault-Rondeau est entré en contact avec la musique de Descarries par un coup du hasard, un soir de janvier 2019, alors qu'il se présentait in extremis au Centre de musique canadienne pour assister à un concert donné par Janelle Fung. Le programme de la soirée, dédié entièrement aux œuvres pianistiques du compositeur, laissa chez lui une impression telle qu'il se fit rapidement un allié tout naturel de la cause défendue par l'ADMAD, dont il est devenu gestionnaire.

À l'automne 2021, il a joint les rangs des étudiants au baccalauréat en musicologie de l'Université de Montréal, d'abord dans le but d'approfondir ses connaissances, mais surtout pour se faire le porte-étendard des grands oubliés de l'histoire.

Crédit photo : Sébastien Daigle